La genèse théologico-politique de la notion de frontière à l’époque moderne

Auteur :

Thierry ISSARTEL
Docteur en Histoire
Professeur de Chaire Supérieure
Khâgne du Lycée Louis-Barthou

La cause est entendue. On tient aujourd’hui pour acquis que la notion moderne de frontière, consubstantielle à celle de l’État, serait née en Occident contre la notion religieuse de Chrétienté, contre la prétention des papes à exercer une autorité sur les rois. Et si certains historiens estiment que la religion a renforcé les frontières, c’est quand elle s’est affaiblie et quand le catholicisme a perdu dans les faits sa dimension englobante et réellement universelle. La division religieuse qui a déchiré la chrétienté au XVIe siècle, a permis l’émergence d’États confessionnels, rendant définitivement caduc le rêve unitaire médiéval que Charles Quint a tenté jusqu’au bout de rétablir. A cet égard, la Paix d’Augsbourg (25 septembre 1555), fondée sur la reconnaissance officielle et l’application du principe « Cujus regio, ejus religio », va rendre irréversible cette division : les Princes vont utiliser la religion pour créer une communauté de sujets homogène autour d’eux, renforçant sensiblement les limites juridictionnelles de leur souveraineté en les transformant en frontières confessionnelles autant qu’étatiques.

Frontispice du Léviathan de Thomas Hobbes, 1651.

L’article que nous proposons à la lecture s’efforce de montrer la pertinence le concept du « théologico-politique » dans l’étude des frontières, à l’instar d certaines recherches récentes sur l’émergence de l’État moderne. Rappelons quelle est l’origine de ce concept forgé par le sociologue allemand Carl Schmitt : il part du constat que « tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l’État sont des concepts théologiques sécularisés » (Théologie politique, 1922, p. 46 de la traduction française). Pourquoi, dès lors, la notion de frontière qui a progressivement émergé depuis le moyen-âge parallèlement à la notion d’État, ne suivrait pas cette même règle.

Carl Schmitt (1888-1985)



Après avoir proposé une réflexion épistémologique sur le théologico-politique, nous examinons certains épisodes-clés qui ont jalonné la mutation survenue entre le début du XVIe siècle et la fin du XVIIe siècle, définissant une période-clé de la frontière théologico-politique, à une époque où les rois revendiquaient l’exercice d’une puissance de droit divin. Cette étape a été essentielle, mais elle n’a été qu’une simple vers une autre phase : celle de la sécularisation de la notion de frontière qui est encore en vigueur, même si « le retour du religieux » s’accompagne parfois de tentatives de retour à des conceptions théologico-politiques de la frontière dans le cadre géopolitique contemporain.

La frontière du Roussillon (extrait de la carte de Nicolas de Fer (1706))

L’étude de l’époque moderne est donc cruciale pour comprendre les enjeux actuels que font peser des structures de pouvoir fondées sur du théologique, cherchant à renforcer ou créer des frontières dans un climat de tensions ou de guerre, illustrant sans doute bien involontairement un autre concept de la pensée de Carl Schmitt, bien plus controversé, celui du rapport « amiennemi », clef de voûte de sa théorie politique : dès lors, la frontière théologico-politique peut passer à l’intérieur même de la société, séparant de nouveaux ennemi parmi les citoyens et pas seulement à l’extérieur de la nation.

Source :

« La genèse théologico-politique de la notion de frontière à l’époque moderne : problématique, premières approches et perspectives ». Trad. cat.  » La gènesi teologicopolítica de la noció de frontera a l’època moderna: problemática, primeres aproximacions i persepctives  » in  Oscar Jané & Queralt Solé (eds.),  Observar las fronteres, veure el món, congrès internacional Puigcerdà-Bellver de Cerdanya-Llivia 19- 21 mars 2010, Mirmanda, Editorial Afers, Catarroja-Figueres-Perpinyà, 2011, pp. 159-175.

Télécharger l’article complet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.