Louis Barthou (1862-1934) et la géopolitique

L’IGLB n’a pas seulement repris le nom de Louis Barthou parce qu’il était celui du lycée en tant que grande figure politique nationale issue du département. Député des Basses-Pyrénées, ministre, président du conseil, sénateur… sa longue carrière a été jalonnée par un intérêt et des compétences réelles en géopolitique, même si à son époque cette notion n’existait pas vraiment. Son décès tragique en 1934 a été aussi, à sa manière, un évènement géopolitique.

Portrait de Louis Barthou (1862-1934)

Le passage de Louis Barthou à la présidence du conseil a sans doute été bref (22 mars 1913 – 9 décembre 1913) – c’est souvent le cas sous la IIIème République –, mais il a été marqué par une décision alors très controversée : avec l’appui du Président de la République Raymond Poincaré, il a repris à son compte le projet de son prédécesseur, Aristide Briand, visant à augmenter la durée du service militaire, dans le contexte des fortes tensions autour de l’Allemagne dans les années ont précédé la Première Guerre mondiale. La Loi des trois ans a été votée par la Chambre en juillet 1913, malgré l’opposition de la SFIO et d’une bonne partie des radicaux, viscéralement attachés au pacifisme.

Pendant la Guerre, durant laquelle il perd son unique fils, Barthou devint Ministre d’État aux affaires étrangères dans le cabinet de Paul Painlevé du 12 septembre 1917 au 9 décembre 1917, sous la présidence de Gaston Doumergue.

Ce poste au quai d’Orsay, il le retrouva dans le contexte très tendu des années 30, au sein du cabinet d’union nationale de Gaston Doumergue formé le 9 février 1934, au lendemain des émeutes du 6 février provoquées à Paris par l’extrême droite. Il s’agit alors de défendre la République face à un double péril fasciste : la politique extérieure menée par Hitler, au pouvoir en Allemagne depuis janvier 1933, et l’activisme des ligues d’extrême droite mené à l’intérieur du pays. On fit alors appel à la figure d’expérience de Louis Barthou afin de conduire une diplomatie énergique.

Barthou s’efforça alors de reconstituer la Triple-Entente de 1914, mais avec des acteurs qui avaient pour certains changé : la Grande-Bretagne, l’Union soviétique de Staline, et même l’Italie fasciste dans le cadre d’un front anti-allemand, tout en ménageant les liens avec les États de l’Europe centrale, alliés à la France depuis les traités de 1919 (Pologne et Petite Entente), inquiets de voir la France envisager un pacte avec l’URSS.

Cette politique porta immédiatement ses fruits puisque Mussolini empêcha en juillet 1934 la première tentative d’Anschluss menée par les Nazis autrichiens en massant des troupes à proximité du Col du Brenner.

Louis Barthou chercha donc à faire aboutir le projet de pacte oriental discuté depuis 1933 entre différents pays d’Europe afin de garantir la stabilité des frontières orientales de l’Allemagne : tous les signataires se seraient engagés à prêter une assistance immédiate au contractant dont il était le voisin et qui serait victime d’une agression. Cette stipulation se doublait d’une garantie d’assistance mutuelle franco-soviétique.

En discussion avec son homologue soviétique Litvinov, Louis Barthou s’est alors battu pour obtenir la validation de l’adhésion de l’URSS au sein de la Société des Nations (nécessitant l’unanimité), chose qu’il a obtenu non sans mal en septembre 1934, intégrant ainsi une puissance qui en avait été bannie des nations pour des raisons idéologiques.

Louis Barthou et Alexandre Ier de Yougoslavie à Marseille

C’est dans ce contexte que, le 9 octobre 1934, Louis Barthou accueille à Marseille, en tant que ministre des Affaires étrangères en exercice, le roi Alexandre Ier de Yougoslavie. La Yougoslavie, avait été formée au lendemain de la Première Guerre Mondiale en regroupant plusieurs nationalités des Balkans autour de l’ancien royaume de Serbie, allié de la France en 1914, que l’on avait suspecté d’avoir commandité l’attentat contre l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo.

C’est à l’occasion des cérémonies officielles organisées autour du débarquement d’Alexandre Ier qu’un attentat est commis par le révolutionnaire bulgare Vlado Tchernozemski, en collaboration avec le mouvement croate des Oustachis, manipulés par les services secrets fascistes italiens : l’Italie avait toujours considéré la formation de la Yougoslavie comme préjudiciable à ses intérêts et à son influence sur la côte Dalmate, de l’autre côté de la mer Adriatique, et Mussolini entretenait l’espoir de désagréger cet État en jouant des antagonismes nationaux.

L’attentat de Marseille (9 octobre 1934)

L’attentat visait donc le roi Alexandre, qui est décédé, mais dans l’échauffourée un policier français riposta et blessa grièvement Louis Barthou, qui, dans la confusion, reçut des soins hasardeux et décéda peu après.

Reportage de l’Illustration sur l’attentat de Marseille (1934)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.