Archives par mot-clé : pyrénées

La genèse théologico-politique de la notion de frontière à l’époque moderne

Auteur :

Thierry ISSARTEL
Docteur en Histoire
Professeur de Chaire Supérieure
Khâgne du Lycée Louis-Barthou

La cause est entendue. On tient aujourd’hui pour acquis que la notion moderne de frontière, consubstantielle à celle de l’État, serait née en Occident contre la notion religieuse de Chrétienté, contre la prétention des papes à exercer une autorité sur les rois. Et si certains historiens estiment que la religion a renforcé les frontières, c’est quand elle s’est affaiblie et quand le catholicisme a perdu dans les faits sa dimension englobante et réellement universelle. La division religieuse qui a déchiré la chrétienté au XVIe siècle, a permis l’émergence d’États confessionnels, rendant définitivement caduc le rêve unitaire médiéval que Charles Quint a tenté jusqu’au bout de rétablir. A cet égard, la Paix d’Augsbourg (25 septembre 1555), fondée sur la reconnaissance officielle et l’application du principe “Cujus regio, ejus religio”, va rendre irréversible cette division : les Princes vont utiliser la religion pour créer une communauté de sujets homogène autour d’eux, renforçant sensiblement les limites juridictionnelles de leur souveraineté en les transformant en frontières confessionnelles autant qu’étatiques.

Frontispice du Léviathan de Thomas Hobbes, 1651.
Continuer la lecture de La genèse théologico-politique de la notion de frontière à l’époque moderne

Penser la frontière au Grand Siècle : frontière naturelle et droit divin chez Pierre de Marca (1594-1662)

Auteur :

Thierry ISSARTEL
Docteur en Histoire
Professeur de Chaire Supérieure
Khâgne du Lycée Louis-Barthou

La plupart des manuels et traités contemporains sur les origines de la notion de frontière selon laquelle la théorie des frontières naturelles émergerait tardivement sous l’Ancien Régime et ne trouverait de formulation claire que durant la Révolution Française, à l’instigation des Girondins. En effet, s’exprimant devant la Législative, Danton présenta comme impératif national le fait de doter la France de « limites marquées par la nature ». C’est ce qu’affirment Claude Raffertin ou même Daniel Nordman, quoique ce dernier le fasse de façon plus nuancée, montrant comment au lendemain de la Paix des Pyrénées (1659), les négociations de Céret ont énoncé de manière imparfaite les linéaments d’une théorie des frontières naturelles à l’instigation de Pierre de Marca (1594-1662).

Pierre de Marca (1594-1662), Archevêché de Paris.
Continuer la lecture de Penser la frontière au Grand Siècle : frontière naturelle et droit divin chez Pierre de Marca (1594-1662)